Après vous avoir présenté le personnage fascinant de la Reine de Saba, je poursuis mes lectures dans l’univers de Marek Halter. Je vais vous parler ici d’une femme dont le destin à changé la face du monde : Khadija bint Khuwaylid. Elle fut une riche marchande mecquoise, veuve qui épousa en seconde noce Muhammad Ibn Abdallah. Il était à l’époque appelé un « homme de rien », mais deviendra le dernier prophète de l’Islam…

Couverture du livre de Marek HalterKhadija était une riche marchande de la Mecque qui dirigeait d’une main de maître les affaires léguées par son défunt mari. Elle était respectée de tous, par le rang qu’il avait tenu dans la citée, mais aussi par la place qu’elle avait su gagner avec respect, dans une société où les hommes décidaient. Ainsi, eux seuls étaient autorisés à siéger à la mâla, communauté des riches marchands de la ville. Malgré son rang et le respect qu’elle inspirait, Khadija ne pouvait pas déroger à la règle, et lorsque le perfide Abu Sofyan lui proposa le mariage ou la guerre, elle dût se rendre à l’évidence qu’il avait raison sur un point : il lui fallait se remarier.

Mais ce qu’elle tût à tous, c’est qu’elle brûlait d’amour pour le jeune Muhammad, ce jeune caravanier qui travaillait pour elle, depuis le premier jour où elle l’avait vu. L’évidence se révéla à elle peu à peu, même si elle le chassait d’abord de ses pensées. Elle, la saïda Khadija pouvait-elle épouser cet « homme de rien », pauvre et illettré, qui était beaucoup plus jeune qu’elle ? Que diraient les riches clans de la Mecque ?

Elle fut finalement la première à croire en lui, et son amour pour lui le porta jusque dans les rangs des hommes les plus respectés de la Mecque. La sagesse de Muhammad fit le reste.

Un profond respect et une admiration mutuelle ponctuèrent leur amour, leur permettant d’affronter vents et marrées ensemble, dans un soutien l’un envers l’autre qui demeura sans faille jusqu’à son dernier souffle.

Dans ce récit historique Marek Halter dépeint le portrait d’une femme d’exception au caractère de feu qui apprit l’humilité auprès de son jeune époux, alors qu’elle lui apportait sa fougue et sa force.

Son histoire nous fait partager les rêves et les angoisses de Khadija tout en retraçant les événements importants de la Mecque et de la Ka’bâ, son sanctuaire. Toute cette histoire constitue les fondements de l’Islam et nous explique aussi le contexte dans lequel est née cette religion. Les croyances en divers idoles, les rivalités entres clans, l’esclavagisme, l’absence de parole publique pour les femmes étaient les réalités de cette époque qu’il nous est difficile d’imaginer aujourd’hui. Mais l’impuissance des hommes faces aux catastrophes telles que les épidémies, la sécheresse ou les inondations transformèrent peu à peu les habitants de la Mecque qui n’avaient pas fui et leurs croyances.

A travers les questionnements de Khadija, on comprend peu à peu son cheminement spirituel et celui de son époux, qui sont intimement liés. Comment croire en des dieux qui les ont abandonnés ? Quelles conséquences peuvent avoir la destruction de la statue d’une déesse en albâtre ? Comment interpréter les signes du destin ? Comment faire face à la perte d’un enfant ? Comment être une femme forte tout en respectant son époux devant les hommes de la citée ? Quelle est l’histoire des « peuples du Nord » qui croient au Dieu unique ? Quelle est l’histoire de la pierre noire et du pèlerinage à la Mecque ? Quelles sont les légendes racontées à ce sujet ? Comment Ibrahim a découvert la source Zamzam (que les pèlerins ramènent aujourd’hui à leur retour de la Mecque) ?

Étrangement, en refermant la dernière page de ce livre, j’ai eu la certitude que les tiraillements de Khadija me touchaient car ils ne m’étaient pas si étrangers. Elle essayait de rester forte dans les épreuves de la vie, mais n’était pas moins touchée par le doute et l’indignation face aux injustices, la peur de perdre les êtres aimés ou de les décevoir, le manque de ne pas les avoir à ses côtés, la volonté de rester digne tout autant que d’être juste, de plaire à son homme sans s’oublier, de protéger sa famille de l’adversité et des dangers, d’aider les autres tout en se préservant, de construire et consolider son empire sans devenir égoïste et sans finir seule… J’ai alors compris que cette femme au destin incroyable pouvait être un exemple pour nous toutes car il y a certaines réalités de femmes qui ne changent pas, quelque soit le lieu où l’époque…