Zouerate : campagne de vaccination du cheptel 2017-2018: sur fond de déficit pluviométrique.

« La campagne de vaccination du cheptel pour 2017-2018 se poursuit dans de bonnes conditions sur  toute l’étendue du Tiris Zemmour », c’est du moins ce qu’a déclaré  le délégué régional du ministère de l’élevage, Dr. Mohameden Ould ENdendi.

Il a souligné que le coup d’envoi de cette campagne nationale de vaccination du bétail a été donné par la ministre de l’élevage Madame Fatma Vall mint Soueina, le 30 septembre passe au Guidimagha, précisant que la campagne régionale a été lancée par le Hakem moussaid de F’deirik  en présence  des  élus locaux,des autorités administratives et sécuritaires  de la moughataa  et des  éleveurs.

Cette campagne est prévue pour Trois mois dans la Wilaya de Tiris Zemmour.

Il a précisé que des équipes vétérinaires mobiles  équipées de vaccins et de matériels de froid nécessaires   sillonnent les trois moughataas de la wilaya pour mener à bien cette opération qui devait durer trois mois.

Le délégué a ajouté que ces équipes vétérinaires sont allées jusqu’aux frontières des moughataas, les points d’eau et de pâturages, soulignant que la grande partie du cheptel qui était dans la zone l’année passée  est partie  du fait du déficit de pluies. Leur retour n’est pas attendu sauf si Allah arrose la terre d’ici quelques temps, soutient le délégué.

A souligner  que les populations du  tiris s’activent dans les sociétés minières, si la pluie manque, le bétail ne viendra pas des autres zones, ce qui risque d’entraver l’opération de vaccination animale.

Lors de cet été, les éleveurs se sont déplacés  en masse  avec leurs troupeaux pour trouver des zones où l’hivernage était  prometteur.

A préciser que la région du Tiris zemmour représente le ¼  territoire national.

Il a indiqué que les maladies animales courantes dans la région sont ; la clavelée, la pasteurellose, le botulisme et la peste des petits ruminants (PPR), précisant que la campagne de vaccination est principalement axée sur ces maladies.

Depuis le lancement de la campagne, 400 têtes d’ovins et de caprins ont été vaccinées contre  la PPR.