Crise post-électorale Mauritanie : une fin de mandat de Ould Aziz qui fait polémique

Kassataya – Après des nominations électoralistes, des nominations post-électorales stratégiques pour ses proches d’un côté et de l’autre des liquidations de dossiers brûlants de politique intérieure et extérieure. Une fin de mandat au pas de charge qui suscite des interrogations des observateurs.

L’opinion publique est sevrée depuis la pré campagne électorale par des nominations jugées électoralistes par l’opposition. Les mauritaniens ont l’impression d’être mis devant le fait accompli et de naviguer entre un président pressé pour finir son deuxième mandat et un chef d’Etat soucieux d’arranger ses proches.

Et après l’élection de Ould Ghazouani c’est la cohabitation entre les deux hommes qui semble mal partie avec le forcing du président sortant et un président élu qui subit la pression.

Chaque conseil des ministres est l’occasion d’arranger ses proches avec cette semaine l’octroi de terrains à des sociétés privées dirigées par un de ses amis Saad Bouh Ould Moustapha. Il y a deux semaines ce sont des terrains encore octroyés à une association dirigée par la femme de Ould Ghazouani.

Et cette semaine c’est le président lui-même qui nomme son chef de cabinet Ahmed Ould Bahiya comme ambassadeur à Paris et Mohamed Ould Taleb comme ambassadeur en Indonésie une ambassade nouvellement ouverte.

La récompense à son cheval de Troie le dialoguiste invétéré de l’opposition Ould Boulkhair comme président du conseil économique et environnemental n’a pas échappé les observateurs. Une accélération de fin de mandat remarquée également au plan de la diplomatie comme en témoignent les invitations envoyées à l’Algérie le Maroc et le Polisario en marge des travaux du sommet africain auquel il participait.

Cette dernière invitation est la plus controversée parce qu’elle remet en cause la position du nouveau président qui avait exclu toute naturalisation de réfugié sahraoui de Tindouf.

Au plan intérieur Ould Aziz s’empresse de liquider l’affaire M’Khtair le blogueur mauritanien toujours en détention. Dans la perspective de finir avec ce dossier les Oulémas et Imams sont invités à la table de négociation vendredi prochain au palais de la République.

Bakala KANE